En plomberie, l’utilisation des joints est indispensable. Ces petits matériaux permettent de garantir une bonne étanchéité des canalisations et des équipements de transport de liquide. Pour assurer leur efficacité, ils doivent être parfaitement réalisés, que ce soit pour les sanitaires que pour les tuyaux. Pour ce faire, il existe différents types de joints selon l’utilisation que vous souhaitez en faire. Découvrez-en plus sur ce matériel et ses différentes formes en plomberie dans la suite de cet article.

Qu’est-ce qu’un joint d’étanchéité ?

Le joint est un petit cercle souvent en caoutchouc qui est placé autour de l’extrémité des tuyaux. On utilise souvent du lubrifiant pour faciliter l’emboitement. Le rôle de cet accessoire est d’empêcher la fuite du liquide au niveau des zones d’emboitement des tuyaux. En effet, lorsque le joint n’est pas utilisé, la moindre vibration ou perturbation de l’installation pourrait facilement occasionner des fuites. Comme l’indique son nom, il sert principalement à joindre les éléments d’une plomberie. Par ailleurs, grâce à sa composition en caoutchouc, il peut se plier et s’adapter en cas de vibration.

Cependant, le joint peut se détériorer après plusieurs années d’utilisation. La cause principale de ce phénomène est le calcaire souvent porté par l’eau courante. Le calcaire ronge les joints d’étanchéité en cas de contact avec ces derniers. Ainsi, le joint ne pourra pas assurer son rôle s’il est troué ou usé. La plupart des problèmes de plomberie proviennent de ce type de panne. Il est donc primordial de choisir le joint idéal afin d’augmenter ses chances de durer dans l’installation.

Les différents types de joints en plomberie  

Les joints sont indispensables dans toutes les installations de plomberie. Lors de la réalisation d’un raccord entre deux tuyaux, le plombier a un choix multiple de joints selon la spécificité des tuyaux à connecter. L’efficacité du joint dépend également du fabricant. Certains proposent des joints déjà usés qui ont une durée de vie très limitée tandis qu’avec d’autres, ces produits sont en parfait état. Vous pouvez avoir un très bon résultat en utilisant des joints SPI lors de vos installations. En ce qui concerne le choix, voici une liste de joints selon l’utilisation que vous souhaitez en faire.

Joints en fibre vulcanisés

Ce type de joint est très connu de tous avec sa couleur rougeâtre. Il est couramment utilisé pour les installations de plomberie pour de l’eau froide et chaude. C’est un joint d’entrée de gamme qui propose un très bon rapport qualité-prix. Cependant, leur durée de vie est courte, comparée à la plupart des autres joints de la même catégorie. Avec ce produit, on constate l’apparition des fuites au bout de quelques années. Il commence par user de l’intérieur et finit par se lâcher sous l’effet de la vibration.

Joints verts utilisés pour le transit de l’eau potable

Ce joint est de très haute qualité et peut être utilisé sur des installations en plomberie d’environ 100 bars de pression. Il est uniquement utilisé pour le transit de l’eau potable et n’est pas compatible pour les tuyaux à gaz.

Le joint vert convient particulièrement au raccordement ayant de grands risques ou soumis à de fortes pressions et vibrations violentes. Malgré ces nombreux avantages, il est souvent très rare de les trouver, même dans les plus grands magasins. Ainsi, il existe plusieurs autres alternatives qui détiennent plus ou moins des caractéristiques semblables.

Joints rouges pour le transit de l’eau potable

Ce joint est équivalent au joint vert puisqu’il a les mêmes caractéristiques que ce dernier, mais en version eau chaude. Il est capable de supporter une pression pouvant atteindre 40 bars et une température d’eau de 180 ° C. On le trouve en magasin souvent à partir de la taille 12/17. Selon l’utilisation que vous souhaitez en faire, il est également possible de trouver une taille de 50/60 ou plus.

Si vous recherchez des joints fiables et durables pour une installation de haute qualité, n’hésitez pas à choisir ce joint. Mais tout comme le joint vert, vous aurez besoin de beaucoup de courage pour le trouver.

Joints bleus pour le transit du gaz naturel

Les joints bleus sont généralement utilisés pour les installations de gaz. Selon certains fabricants, il est possible de les utiliser pour les tuyaux transportant de l’hydrocarbure, de l’eau chaude à une température de 350 °C ou de la vapeur. Sa particularité reste néanmoins le gaz et il est souvent conçu avec une petite taille. Grâce à sa largeur réduite, il peut facilement s’emboiter dans les raccords pour gaz.

Joints Butane-propane

Comme l’indique son nom, ce type de joint est destiné aux raccords de gaz à gorge. Il est souvent de couleur rouge ou noir, conçu en caoutchouc et s’emboîte facilement avec les raccords dédiés.

Comme la plupart des joints en caoutchouc, le joint noir n’est pas conseillé d’utiliser ce type de joint sur des raccords sans gorge. En effet, si ce joint est mal utilisé (sur un raccord sans gorge), il pourrait sortir de son logement et provoquer des fuites. Une telle fuite peut occasionner des dégâts importants puisque l’élément présent dans les tuyaux est du gaz très inflammable.

Joints téflon ou PTFE

Compatibles avec tous les fluides sauf le gaz, le joint PTFE est capable de supporter une pression pouvant atteindre les 100 bars. Il résiste également à d’extrêmes températures de l’ordre de -50 °C à + 250 ° C. Grâce à une telle résistance, ce type de joint offre une durabilité plus importante que ses concurrents.

Joints Gris Klingerit

Ce type de joint est souvent fourni avec des appareils spécifiques supplémentaires. Il est compatible avec :

  • l’eau chaude ;
  • l’eau froide ;
  • le gaz.

Généralement, les plombiers utilisent ce joint dans les chaudières. Certaines marques utilisent des joints gris spécifiques pour leurs appareils. Pour les changer en cas de panne, il faudra contacter le service après-vente du fabricant afin d’avoir le joint compatible.

Quel que soit le fabricant, il s’agit de joints très résistants avec une durée de vie proportionnelle à celle de la chaudière.

Joints en Caoutchouc

Très populaires et disponibles dans pratiquement tous les magasins, les joints en caoutchouc sont réservés pour le raccordement des tuyaux en plastique, comme le PVC ou les raccords de jardin. Ils peuvent donc être utilisés pour tout type de raccordement pouvant être serré à la main.

Il est déconseillé d’utiliser ce genre de joint pour le raccordement de deux tuyaux métalliques qui doivent subir de hautes pressions. Au moment du serrage, le joint risque de tourner au même rythme que le raccord et se couper sous l’effet de la pression. Il est également possible qu’il s’échappe de son logement et occasionne des fuites importantes. 

Joints toriques

Ce type de joint n’est quasiment jamais utilisé en chauffage et plomberie. Il est plutôt réservé à une utilisation spécifique, comme sur certains organes internes des appareils. Il est très prisé pour les pièces de chaudières afin d’assurer une bonne étanchéité au niveau des différents emboitements.

La plupart des raccordements rapides d’air comprimé et de tuyaux d’arrosage en sont équipés. 

Pourquoi changer le joint à chaque intervention du plombier ?

Il est très fréquent de constater que le plombier possède généralement au changement immédiat des joints à chaque intervention. En effet, il est assez compliqué d’intervenir sur une installation encastrée. Bien que le plombier soit suprêmement dévoué à son travail, il n’a non plus pas beaucoup de temps à perdre toutes les fois qu’un joint s’use. Ainsi, il ne peut que tout changer lorsqu’il intervient sur vos installations. Cette technique n’est peut-être pas très économique ni écologique, mais tous les plombiers vous la conseilleront. Autant suivre les recommandations des experts !

Peut-on changer soi-même les joints ? 

Les joints sont à l’origine des fuites dans les installations. Lorsque cette panne survient, vous pouvez faire face à d’importants dégâts avant l’arrivée du plombier. Si vous avez des connaissances en plomberie ou en bricolage, vous pouvez essayer de réduire les risques ou même rétablir le bon fonctionnement sans solliciter un professionnel. Toutefois, il est toujours bien de faire inspecter ses réalisations par un expert, surtout si c’est la première fois, afin de ne pas causer des dégâts plus importants. Car comme le dit Dumas Julien, « Pour comprendre, il y a deux options : le faire soi-même ou le voir dans une personne ».

Avant de vous lancer, sachez qu’il ne s’agit pas d’une tâche facile à réaliser. Elle requiert beaucoup de finesse et de précision.

Quelques conseils pour bien réaliser un joint

Si vous souhaitez réaliser un joint de qualité comme un professionnel, vous allez devoir vous comporter comme ce dernier. Avant de démarrer, vous devez préparer l’emplacement en nettoyant efficacement la surface à l’aide d’un cutter. Pour placer le joint sur des tuyaux, les extrémités de ces derniers doivent être parfaitement lisses. Ensuite, vous pouvez passer au placement du joint. Cette étape consiste à étaler le joint en s’assurant qu’il couvre parfaitement l’endroit prévu. Une fois terminé, il faudra effectuer un test de fonctionnement en réalimentant le tuyau en eau. Si vous ne constatez aucune fuite, votre installation a été réussie.

Passer toutes ces étapes est important pour garantir une réalisation parfaite du joint. Si après le test vous constatez encore des fuites, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici